• ABCDada

    Dans la suite de ma nouvelle collection "Le Torchon Brûle" dont la démarche est expliquée ici : 

    http://lizaeginacreations.blogs.marieclaireidees.com/archive/2016/11/15/note-de-presentation-de-ma-nouvelle-collection-le-torchon-br-154425.html 

    Voici la livraison de la semaine avec les ABCDada - abécédaires destructurés,  en hommage et référence au mouvement mondial  de contestation artistique Dada - né il y a 100 ans -  à l'encontre de la bourgeoisie capitaliste de l'époque et de la guerre . 

    Ces ouvrages sont réalisés sur des morceaux de lin et bordés d'un galon à l'ancienne. Les mots sont brodés en fil rouge  sur des étiquettes de coton blanc puis appliqués avec une machine. 

    Lire la suite

  • Note de présentation de ma nouvelle collection : "Le torchon brûle"...

    Depuis plus de 15 ans, mon travail de plasticienne s'oriente vers le thème du quotidien : tableaux sur cartons d'emballage et toile de jean, vaisselle chinée et repeinte, collages sur boîtes en carton.

    Depuis quelques années je délaisse les pinceaux pour faire de l'aiguille mon principal outil.

    Je brode des chiffons, du linge chiné ça et là. Je reproduis des gestes ancestraux appris depuis l'enfance, en une succession de points très simples : point de devant, point arrière, de piqûre, de chaînette, point de bourdon ou lancé.

    Au siècle dernier, les femmes brodaient encore leur trousseau de mariage avec leurs initiales, moyen d'expression se limitant à quelques lettres ou quelques guirlandes de fleurs.

    En 1976, sous la dictature, des femmes Argentines ont fait de leur aiguille une arme politique en brodant sur des mouchoirs blancs dont elles se couvraient la tête  le nom de leur enfant disparu.

    Elles défilaient ainsi, ,inlassablement, malgré les menaces et les coups, sur la Place de Mai de Buenos Aires, pour dénoncer les enlèvements et les assassinats de leurs proches dont le régime était responsable. Le combat de ces  femmes, que les militaires, appelaient "les Folles de Mai"donnait une dimension politique à d'innocents "ouvrages pour dames"

    De cette histoire,est née l'envie  de transformer le linge de table et de maison en "dazibao", en cahier de doléances,en slogans féministes. 

    Le quotidien est ma résistance, l'aiguille à broder mon arme. 

     

    Lire la suite